Se connecter
Liste des Articles de Presse
  • 2014 (5)

  • 2013 (12)

  • 2012 (27)

  • 2011 (59)

  • 2010 (73)

  • 2009 (21)

  • 2008 (3)

  • 2007 (13)

  • 2006 (7)

  • 2005 (8)

  • 2004 (11)

  • 2003 (16)

  • 2002 (15)

  • 2001 (15)

  • 2000 (63)

  • 1999 (18)

  • 1998 (17)

  • 1997 (13)

  • 1996 (16)

  • 1995 (21)

  • 1994 (16)

  • 1993 (24)

  • 1992 (26)

  • 1991 (34)

  • 1990 (20)

  • 1989 (4)

  • 1988 (9)

  • 1986 (2)

  • 1985 (4)

  • 1983 (1)

  • 1977 (1)

  • 1971 (2)

  • 1970 (3)

  •  

    Le site des lecteurs de Marc-Édouard Nabe

    Accueil Sur Nabe Presse 2010 Beigbeder aigrement et haineusement correct - Voici -18 avril 2010

    Beigbeder aigrement et haineusement correct - Voici -18 avril 2010

    Envoyer Imprimer PDF

    Il est toujours fascinant de constater comment les traîtres se retrouvent eux-mêmes trahis par leur langage.  Notre infiniment  méprisable et tourmenté Frédéric Beigbeder, qui en faux-cul ne tarissait pas d'éloges sur l'antiédition face à une journaliste avisée de l'Oeil de l'exilé qui l'interrogeait à ce sujet au dernier salon du Livre, se livre cette semaine à un formidable aveu sous forme d'inversion accusatoire envers Marc-Édouard Nabe où il pose la question "Est-il un aigri que la jalousie rend haineux ?" . Bravo ! Ce sont tout à fait les bons mots Frédéric, pour te qualifier toi-même avec une précision et une transparence qui font peur... Beigbeder, bien sûr, n'a pas lu la moindre ligne de l'Homme qui arrêta d'écrire et on comprend que la seule idée de s'y voir le terrorise.  Le simple mot de "mafieux" et les trois phrases impitoyables dans Chronic'art l'auront déjà rendu suffisamment malade au point de fantasmer le contenu du livre dans Voici. Combien cruelle du coup est la comparaison avec l'article de Christophe Donner qui, lui, parle instinctivement du livre en écrivain, ce dont on voit une fois de plus Beigbeder totalement incapable. Mais Beigbeder n'est pas écrivain. A part être un enculé, il est Prix-Renaudot c'est dire. Prix Renaudot, on dirait la présentation d'un  cheval dopé sur le retour d'une course hippique, rien à voir, mais c'est toute la vie de Beigbeder, l'aboutissement d'une vie d'arrivisme à l'arrivée dont le dernier et pathétique recours est de cracher sur tout ce qu'il espérait un jour approcher et qu'il sait bien qu'il n'atteindra jamais.


    Voici - 14 Avril 2010

    JavaScript est désactivé!
    Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

    Vive le politiquement correct

    Stéphane Guillon a recommencé à blaguer sur le physique de quelqu'un, évoquant cette fois "les yeux de fouine" d'Eric Besson, faut-il A) rigoler parce qu'on ne porte pas ce ministre dans son coeur ou B) s'excuser comme le patron de Radio France ? Jean-Luc Mélenchon a traité un jeune journaliste de "petite cervelle" et son métier de "pourri", est-ce A) acceptable ou B) aussi inacceptable que Georges Frêches parlant de la "tronche pas catholique" de Laurent Fabius ? Eric Zemmour dit que tous les dealers sont noirs ou arabes, est-ce A) vrai ou B) calculer pour vendre son dernier bouquin ? Marc-Edouard Nabe imprime à compte d'auteur un ramassis de ragots mondains et d'attaques personnelles, est-ce A) le dernier écrivain libre ou B) un aigri que la jalousie rend haineux ? Dans son dernier clip, Lady Gaga danse en Bikini dans une "prison de putes", avant d'assassiner vingt personnes dans une cafétéria, est-ce A) super-méga-fun ou B) sidérant de connerie ? Attention, réfléchissez bien... Si vous avez répondu B à toutes ces questions, nous sommes d'accord ! Le "politiquement correct" a été inventé en Amérique pour limiter les abus blessants de langage. Cet édulcorant sémantique a un but : empêcher les personnes de s'exprimer de façon raciste, antisémite, homophobe, misogyne, de se moquer des handicapés, d'abaisser le niveau du débat public. Je suis le premier à avoir envie d'enfreindre cette censure mais aujourd'hui, je voudrais rappeler que LE POLITIQUEMENT CORRECT REND INTELLIGENT. Il faut le prendre comme une contrainte littéraire. Il nous freine quand nous sommes tentés de faire une vanne facile. Il nous oblige à mesurer nos propos. Toute vérité est bonne à dire, à condition de la dire avec tact. Le politiquement correct, c'est chiant, mais le politiquement incorrect, c'est l'autre nom du populisme, de la violence, du mépris. Je préfère être chiant.